Informations aux voyageurs

tourisme - vacances - voyage - séjour - vol - avion - hôtel

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Un bouquetin en route pour le Mont Blanc Sébastien Chaigneau

Envoyer Imprimer PDF

Vainqueur de la Grande Traversée des Alpes en 2004, triple vainqueur du Lybian Challenge en 2007, 2008 et 2009 et double finaliste de l’Ultra-Trail du Mont Blanc (UTMB) en 2009 et 2011, l’utra-traileur du team North Face Sébastien Chaigneau passe à table pour ZeOutdoor. Avec le sourire.

Sébastien Chaigneau

Le Lybian Challenge, l’UTMB, la Diagonale des Fous, le Grand Raid du Mercantour, le Lavaredo Ultra Trail, la Trans Gran Canaria… tu enchaines les compétitions !

Non, je suis dans une phase de test en ce moment : je viens d’attaquer une période de récupération d’une dizaine de jours avant d’entrer tranquillement dans ma phase préparation en vue de l’UTMB [27 août-2 septembre 2012]. Tout le monde me voit devant, pour l’instant moi je me vois à l’entrainement, j’essaye de rester lucide. Je prends le temps de faire ce que j’ai à faire ; le plus important au niveau de l’entraînement c’est de continuer à se faire plaisir. Les gens s’imaginent souvent que je fais une préparation cinq ou six semaines avant la course alors que la préparation se déroule sur le très long terme, tout au long de l’année. L’objectif c’est de ne pas faire trop de kilomètres, afin de continuer à courir avec plaisir. J’ai déjà essayé de faire beaucoup beaucoup de kilomètres – environ 300 kilomètres par semaine avec 20.000 mètres de dénivelé positif chaque semaine – et une fois au départ, j’étais très fort mais je n’avais plus envie de courir… Donc pour éviter ça, je fais peu de très longues  sorties ; j’entretiens la vitesse, la montagne, je fais des choses un petit peu plus ludiques sans la pression du chrono, je monte au sommet du Mont Blanc ! [Rires.] La chose la plus importante avant chaque course, mais aussi la plus difficile à réaliser, est d’arriver au jour J en forme physiquement et mentalement, et de garder le plaisir intact, de garder le goût de la course !

Justement, comment gardes-tu ce plaisir intact ?

C’est très compliqué… Je m’entraîne tout seul, tous les jours, toute l’année, quelle que soit la météo. Même cet hiver, par -34°C, -35°C, je suis sorti en raquette, en ski de rando, en ski de fond ; je fais moins de kilomètres à pied mais je continue les efforts. C’est dans ces conditions extrêmes que garder la motivation s’avère très difficile. Je me retrouve très vite à me sentir très seul et à me dire « je suis à bout de forces, je m’arrête ». Je fais alors un gros travail préalable avec mon préparateur mental, c’est lui qui m’aide à me dépasser sur ce point-là.

Sébastien Chaigneau

Quand tu cours pour tes compétitions, c’est quoi comme type de challenge ?

Ça peut sembler paradoxal mais quand je prends le départ d’un ultra-trail, je suis vraiment face à moi-même ; les autres athlètes sont là, ils font la même chose et au même moment, mais je me retrouve face à moi-même et face au travail que j’ai fait en entraînement. Le résultat que j’obtiens au final, c’est le résultat que je mérite par rapport à ce que j’ai fait. Je concrétise en compétition le travail de préparation que j’ai pu faire en amont.

Je prends le départ d’un UTMB en me disant « voilà, j’ai déjà été capable de faire tel temps » et j’essaye ensuite de garder la même feuille de route, le même rythme, et je ne m’occupe plus que de moi. Ces deux dernières années sur l’UTMB, par exemple, je n’ai regardé mon chrono qu’à Courmayeur ou à Vallorcine, après 80 ou 120 kilomètres de course. J’ai pour habitude de ne courir que par rapport à moi-même, oublier le reste et rester concentré.

Mais tu vas quand même chercher un peu plus loin à chaque fois…

Bien sûr que je vais toujours chercher un petit peu plus loin, c’est le propre de tout athlète. Ensuite, je progresse, je travaille sur les faiblesses que je ressens pendant les courses. Il faut environ six ou sept mois pour que la préparation hivernale soit assimilée, ce sont donc des choses qui se mettent en place très lentement ; si on progresse trop vite, c’est souvent la tête qui lâche en premier.

C’est un sport qui se joue beaucoup au mental…

Oui la préparation physique est importante mais la préparation mentale l’est encore plus. Elle est souvent négligée d’ailleurs, parce que le mental pour beaucoup d’athlètes, ou ça leur fait peur ou c’est de l’abstrait, et à partir de là ils remettent la préparation mentale à plus tard. Les gens n’imaginent pas ce que ça apporte, être capable de se recentrer sur ce que l’on est train de faire et de se dire « je suis ici et maintenant ! ». Ne plus revenir sur ce que l’on vient de faire, ni se projeter en avant ; « ici et maintenant », c’est le gros principe qu’il faut garder en tête. Et pour les moments difficiles, il est important de se créer des images-refuges, ça peut être les enfants, les arrivées de course, ou d’autres moments forts de la vie !

C’est ce que tu travailles avec ton préparateur mental ?

Exactement, c’est lui qui m’aide à mettre en place ces images-refuges et à mettre en place des scénarios. Quelle posture adopter si je me retrouve dans telle ou telle situation à tel kilomètre de la course par exemple. On travaille ensemble sur ce qu’il faut que je pense, ce sur quoi je dois me recentrer, les techniques de concentration, mes objectifs, etc.

Sébastien Chaigneau

Comment arrives-tu à vivre de ta passion ?

Auparavant, je travaillais dans un magasin de montagne ; je me levais tous les matins à 5h, j’allais m’entrainer entre 6h et 8h, et à 9h j’étais au magasin – jusque 20h. En suivant ce rythme de préparation, j’ai terminé deuxième à l’UTMB 2009 et suis passé ensuite dans le team international de North Face. Je me suis soudainement retrouvé à visiter onze pays différents en moins de trois mois, j’ai donc dû prendre de la disponibilité par rapport à mon travail, et petit à petit je me suis rendu compte que ce n’était plus possible d’y retourner. Avec le temps, j’ai réussi à développer et à optimiser ma situation en créant une entreprise : j’ai maintenant un préparateur mental, un préparateur physique, un coach et un manager. Ma femme, elle, s’occupe de tout ce qui est image, et de nombreuses autres personnes interviennent également de manière plus ponctuelle.

C’est de cette manière-là que tu réussis aussi à diffuser ton sport ? à partager ta passion?

Exactement. Il n’y avait personne qui faisait de l’ultra-trail en professionnel ; on s’est retrouvé tout les deux avec Killian [Jornet] – lui avait tout de même un peu plus d’avance malgré son jeune âge. C’était donc intéressant parce que je me disais « on est tout seul, ça n’a jamais été fait, il faut essayer ! ». Et puis avec ma femme et sa société de production d’image, on s’est lancé là-dedans, on a essayé de mettre en place une structure, de se faire conseiller. Je n’ai pas vingt ans, j’ai donc une vision plus globale et plus long terme de mon activité et de mes investissements.

Parle-nous de tes prochains projets justement…

Ma prochaine course c’est l’UTMB à la fin août. Ensuite, mi-octobre, je pars en Afrique du Sud et je terminerai ma saison avec le North Face Endurance Challenge les 1er et 2 décembre à San Francisco. J’ai aussi commencé à plancher sur ma saison prochaine avec des courses très certainement au Japon ou aux Etats-Unis.

Et pour cette saison, comment te sens-tu?

Je ne me sens pas trop mal mais chaque course est complètement différente. Pour l’UTMB, j’aimerais être dans le même état d’esprit que l’année dernière, voire mieux même. Maintenant, il faut que tout un tas de paramètres se mettent en place au jour de la course. Le plus dur, c’est réellement de parvenir à la ligne de départ en forme et sans blessure ; c’est ça mon prochain objectif !

Raconte-nous ta plus belle sortie…

[Il réfléchit.] J’ai tellement de sorties toutes plus incroyables les unes que les autres ! J’en ai une l’hiver dernier par exemple, où je suis sorti de la maison, suis monté dans la neige, ai fait quelques centaines de mètres et suis soudain tombé nez à nez avec un écureuil. Rien d’extraordinaire jusque là. J’ai ensuite poursuivi sur 300 mètres et j’ai vu deux chevreuils passer. Même si je vois des animaux tous les jours, j’ai trouvé ça génial ! Et puis j’ai continué à monter jusqu’à un passage où il y avait des bouquetins et quelques chamois. Et encore un peu plus haut, au niveau d’un refuge, il y avait un loup ! « Qu’est ce qu’il va bien pouvoir m’arriver encore aujourd’hui ?! ». [Rires.] Même chose au Lybian Challenge 2008 : je me suis retrouvé à faire quasiment 30 heures de course tout seul dans un secteur où il y avait une grande étendue de sable sur des dizaines et des dizaines de kilomètres. J’ai aperçu une forme au loin, et en me rapprochant j’ai vu que c’était un touareg, fusil à l’épaule, qui me faisait signe. On a discuté un peu et au beau milieu du désert d’Akakus, il a allumé un feu et m’a offert du thé. C’était un de ces moments-là, inexplicables, magiques…

Et ta pire sortie ?

Paradoxalement, c’est une victoire, ma victoire au Grand Raid du Mercantour en 2009. Ce jour-la, trois coureurs sont morts à cause de l’orage. J’aurais vraiment préféré ne pas finir la course mais voilà, ça nous rappelle aussi qu’avec la montagne, on paye cash, la montagne reste la plus forte quoi qu’il arrive…

Pratiques-tu d’autres sports que le trail ?

Je grimpais beaucoup par le passé, mais maintenant je n’ai plus le temps malheureusement… Mais l’été je pars souvent en montagne avec des amis, on fait des courses d’arrêtes un petit peu plus alpines, pour le plaisir, sans chrono. Le seul chrono que j’emmène dans ces cas-là, c’est celui qui me dit quand aller chercher les enfants à l’école !

As-tu une région à nous recommander ? une région que tu affectionnes particulièrement ?

Je vous recommande le désert d’Akakus en Libye, un des plus beaux déserts du monde avec des peintures, des gravures, des poteries, des forêts d’arbres pétrifiés…

Et plus proche de nous, tout le secteur de Chamonix, des Aravis au Torrent de la Glière, c’est chez moi !

Et pour conclure, si tu pouvais avoir un super pouvoir…

Courir comme un bouquetin ! Ils arrivent à passer partout, à maîtriser… On a beaucoup de chose à apprendre des animaux.

Consultez la source sur ZeOutdoor: Un bouquetin en route pour le Mont Blanc Sébastien Chaigneau

 

Partager cette info tourisme / vacances / voyage


BESOIN D'UN CREDIT EN LIGNE RAPIDE POUR FINANCER VOS VACANCES ?


Merci de consulter les sources

Les articles de l'espace "Informations aux voyageurs" sont des articles fournis par les flux RSS de site consacrés au tourisme et au voyage. Ces articles ne sont donc pas le résultat de travail de l'équipe de vacances-voyage-sejour.com mais bien le résultat d'un mashup de contenu, également appellé curation.

Notre travail se limite à vous faire découvrir le travail de qualité effectué par des sites web de référence; nous ne rédigeons de ce fait aucun contenu. Ce site web baptisé "Informations aux voyageurs" est donc un site composé d'un moteur de recherche alimenté par des flux RSS. Nous ne sommes donc pas éditeur mais hébergeur et n'exerçons de ce fait aucun contrôle sur les informations référencées dont nous respectons le droit d'auteur en indiquant la source fournie dans les flux RSS.

Afin de découvrir la totalité des articles proposés, merci de cliquer sur le lien de source mentionné en bas de chaque article afin de découvrir l'excellent travail de ces différents rédacteurs; de nombreux autres contenus de qualités vous attendent sur leur site web.

CRM agence de communication - CRM agence de voyage - CRM agence immobilière - CRM assurance - CRM Analytique - CRM Cabinet de recrutement - CRM cabinet médical - Logiciel de gestion de contrats - Logiciel agenda partagé - CRM Gmail

Découvrez le meilleur CRM en ligne qui est aussi un parfait CRM pour agence de voyage.

Voyager moins cher et plus écologique


BAPC - BILLETS D'AVION PAS CHERS

Pourquoi voyager avec nous ?

Parce que si vous trouvez moins cher ailleur, 24h après votre achat, la différence vous est remboursée
(voir conditions).

Parce qu'à chaque séjour vendu, 10% des bénéfices générés sont versés à la protection des forêts | LIRE LA SUITE |

Statistiques

Membres : 2
Contenu : 35674
Affiche le nombre de clics des articles : 26064939

Les infos touristiques les plus lues

Récits - Info vacances / voyage

Visiter les Calanques de Marseille c’est comme voyager au bout du monde dans un endroit à la fois mythique et captivant. Mais comment se permettre une telle fantaisie ? Justement, une sortie dans les Calanques rentre pratiquement dans l’air du temps et peut convenir à n’importe quel voyageur. Mais pour bien marquer cette journée, autant s’assurer d’avoir fait le bon choix du circuit.

Autour des itinéraires dans les Calanques

Avant de se décider de quel circuit choisir, toujours est-il d’évoquer les itinéraires possibles pour une sortie dans les Calanques avec Bleu Evasion. Du Parc national des Calanques, on peut certainement prendre le large en direction des plus belles calanques de Marseille entre Sormiou et Cassis. Le parc national des Calanques est une destination mythique pour ceux qui rêvent d’évasion sur la grande bleue. La visite promet détente absolu et dépaysement total. Du parc national également, on passe d’une ville à une autre depuis Sugition à Morgiou en passant par Port Pin et Port Miou. Un autre itinéraire reste envisageable pour une sortie dans les Calanques. Il s’agit du circuit dans l’archipel de Frioul. Les îles de Frioul proposent de multiples activités nautiques mais aussi des randonnées terrestres à part entière. Le château d’if fait partie intégrante du voyage et convie à une découverte historique sans parler de la fameuse légende de Monte Cristo.

Le circuit dans les Calanques de Marseille

Pour mieux trancher, autant passer en revue toutes les possibilités de circuit à commencer par le circuit des Calanques. Il reste propice à une simple visite qu’à la pratique des activités nautiques. Voyager au cœur du parc national de Marseille est un honneur pour ceux qui aiment la nature et à ceux qui recherchent une échappée belle. En d’autres termes, il n’y a pas meilleur endroit pour se perdre que dans le parc national. D’ailleurs, ce ne sont pas les activités qui manquent en dehors des plaisirs nautiques. Visiter le parc national c’est comprendre l’intérêt pour la préservation de ce milieu fragile doté d’une biodiversité rare au monde. Les voyageurs peuvent passer d’une Calanque à une autre et profiter des paysages immaculés qui se succèdent au rythme du bateau. A ce propos, la location d’un bateau s’impose également lorsqu’on souhaite vivre une expérience de voyage inoubliable dans les Calanques. On peut trancher entre un bateau à moteur et un Catamaran.

Le circuit dans l’archipel de Frioul

Frioul est un vrai paradis pour les plaisanciers et les férus des sports nautiques. Il s’apparente plus à une pratique d’activités nautiques qu’à une simple découverte des îles. Faire une immersion dans l’archipel de Frioul c’est comme s’évader dans un monde sorti tout droit d’un conte de fée. Au programme : la plongée sous marin, le scooter sous marin, la baignade, la bouée tractée, le farniente et la visite des îles et en particulier du Château de l’île d’If. En bref, choisir un circuit dans les Calanques n’est pas évident, raison de plus pour personnaliser son excursion en combinant les deux circuits en un seul voyage.


Les dernières infos vacances / voyages

Chercher des infos voyage/vacances